Le CÉRSÉ reconnu comme expert de la reprise collective au Québec

Le 12 mai dernier, les chercheurs du CÉRSÉ Isabeau Four et Olivier Corbin-Charland ont présenté les résultats de la recherche menée par notre centre sur la reprise collective d’entreprises au Québec à la Table de concertation sur la reprise collective (TCRC) regroupant une quinzaine d’acteurs provinciaux.

Rappelons que c’est dans le cadre normatif du Programme de soutien à la reprise collective (PSRC) de la Direction de l’entrepreneuriat collectif (DEC) du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) que le CÉRSÉ avait reçu ce mandat. Il l’a réalisé en collaboration avec le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité (CQCM), le Chantier d’économie sociale, Réseau coop, la Caisse d’économie solidaire Desjardins, déjà partenaires du CÉRSÉ dans le cadre d’une recherche appliquée sur la reprise collective.

Les chercheuses et enseignantes Maricarmen Merino (Techniques administratives) et France Lavoie (Techniques de recherche et gestion des données) du Collège de Rosemont ont contribué à ce mandat ainsi que le technicien en recherche Mamadou Diagne.

«Le MEI souhaitait mieux comprendre le phénomène de la reprise collective au Québec et les enjeux concrets liés à sa réussite afin d’orienter ses futures actions. Le CÉRSÉ lui a fourni une base de données recensant les reprises collectives au Québec (plus de 200) et une synthèse de connaissances sur les facteurs et les freins à la reprise collective» explique Isabeau Four.

Les membres de la TCRC ont accueilli les résultats de la recherche avec enthousiasme.
En effet, en faisant ressortir de façon rigoureuse les facteurs de réussites et les freins à la reprise collective d’entreprise au Québec, les acteurs de l’écosystème peuvent travailler concrètement à la favoriser.

Ce mandat et les autres projets de recherche que le CÉRSÉ a menés sur la reprise collective lui ont permis de développer une expertise sur ce sujet d’une grande actualité dans un contexte de relance post-COVID.